Domaines
RH
Juridique
Compta
Administratif/Moyens Généraux
Communication
Bureautique
Conseils aux débutants
Word
Excel
PowerPoint
Outlook
Access
Publisher
Windows/système
Applications pas à pas
Tests logiciels
Macros VBA
Leçons
Macros Word
Macros Excel
Astuces
Orthographe
Rédaction
Organisation
 
Outils
Ouvrages
Modèles
Macros
 
Anglais
Grammaire avec AnglaisFacile
Leçon gratuite avec AnglaisFacile
Carrière
Gestion de carrière
Fiches métier
Témoignages / vécu
 
 

Echanger

Forums

© Nadège Guilbert
Le contenu de ce site
est régulièrement déposé auprès de la SGDL
Reproduction interdite
sans le consentement
écrit de l'auteur


Imprimer la page

Domaines > Administratif

29-jan-08

 

L'ergonomie du poste de travail

Un dossier Top-Assistante vec la participation de Sandra Borderons

Il est difficile, à chacune d'entre nous, d'influer sur nos conditions de travail.
Sans avoir à tout révolutionner, il est néanmoins possible d'améliorer le confort de son poste de travail.
Voici quelques recommandations.

Disposition des postes de travail

L'activité exercée par un pôle influe sur la disposition à mettre en oeuvre au niveau de l'agencement des plans de travail. Mais elle est souvent contrecarrée par des considérations techniques, ne serait-ce que le partage des fluides (électricité, éclairage, climatisation...) et financières (les mètres carrés coûtent chers et il faut optimiser la disposition des bureaux).
Une quadrature du cercle parfois difficile à atteindre...

Quelques exemples d'aménagement :

Suivant les gammes de mobilier, les postes de travail peuvent se décliner en plusieurs dimensions, tous les collaborateurs n'ayant pas les mêmes besoin. Ainsi :

  • pour les postes administratifs, brassant beaucoup de papier ou utilisant beaucoup de documentation (catalogues, classeurs...) dans leurs tâches quotidiennes, un bureau de 160 x 80 cm est le minimum requis, l'idéal étant les bureaux avec retour ;
  • pour les autres fonctions ou les personnes disposant de micros portables, un bureau de 130 x 80 suffit amplement ;
  • pour les bureaux de passage, on peut descendre à 120 x 60 cm.

Même si la gestion des stocks du mobilier s'avère plus complexe, opter pour une stratégie de bureaux de tailles différentes peut être particulièrement cruciale si vous disposez d'un espace restreint. J'ai vécu ce cas de figure où je suis partie sur la base de bureaux tous identiques, de 160 x 80 cm. Aujourd'hui, je me retrouve coincée car nos effectifs ont doublé. J'intègre progressivement de nouveaux bureaux de 130 x 80 mais cela vient un peu tardivement et peut se révéler inesthétique lorsque l'on positionne deux bureaux de tailles différentes en vis-à-vis... à moins de revoir l'agencement de manière globale et regrouper les postes de travail par taille, ce qui impose une réflexion méthodique, du temps, de l'énergie et de l'argent (déménagements internes...)  !

Outre les tailles, le mobilier de bureaux d'aujourd'hui a beaucoup évolué dans sa forme et les options proposées.
Ainsi, il est possible d'ajouter à la plupart des bureaux de petites cloisonnettes permettant d'isoler un minimum les salariés ou d'accrocher à mi-hauteur, des corbeilles de travail ou mini-étagères.

Exemples de cloisonnettes de bureau

Certaines gammes de mobilier permettent d'ajouter, en bout de bureaux des extensions arrondies, appelées "convivialités", permettant de tenir des réunions à 2 personnes.
Ces extensions sont déclinées dans plusieurs tailles et formes.

Certes, tous ces éléments ont un coût mais l'employeur qui ne prendrait en compte que cet aspect financier omettrait deux composantes essentielles : 

  • le bruit génère du stress -et, dans sa forme la plus grave, des arrêts maladie-, de la perte de concentration et donc une perte de productivité --> une cloison isolante pallie en partie ces problèmes ;
  • l'ajout d'une extension en bout de table permet d'économiser sur le nombre de salles de réunion et, par voie de conséquence, sur les mètres carrés. Or on le sait pertinement, le loyer constitue l'une des charges les plus importantes pour les entreprises avec les salaires.

Pour les personnes de grande taille, certains modèles de bureau sont équipés de pieds téléscopiques permettant de régler leur hauteur. Pour le mobilier plus standard, renseignez-vous sur l'existence de réhausseurs.

Quelques modèles de mobilier contemporain

Lorsque vous agencez votre bureau, gardez présents à l'esprit les points suivants :

  • conservez une distance minimale de 80 cm autour du plan de travail. Cette distance correspond au recul minimum nécessaire pour reculer une chaise ; si vous recevez des visiteurs et disposez deux chaises à cet effet devant votre bureau, prévoyez dans cette zone visiteur 120 cm de recul (il faut que les visiteurs puissent se déplacer aisément lorsque l'un d'entre eux est assis, d'où le recul plus important) ;
  • disposez vos bureaux de façon à éviter :
    • d'avoir les reflets du soleil dans votre écran : positionnez ce dernier dos à la fenêtre ;
    • d'avoir la lumière du plafond dans les yeux.

Pour plus d'information, référez-vous à la fiche INRS : L'aménagement des bureaux. Principales données ergonomiques

La chaise

Pour peu que vous ayez une activité sédentaire, vous allez passer près de 8h par jour sur votre chaise. Autant dire que ce choix n'est pas anodin.
Il en va des chaises comme des couleurs : il y en a pour tous les goûts. Et pour toutes les bourses.

Si vous le pouvez, optez pour une chaise à l'assise réglable en hauteur (c'est un minimum).
La plupart des modèles proposent également des dossiers réglables. Préférez d'ailleurs les chaises dont le dossier épouse la totalité du dos et non la chaise dactylo de base avec un dossier minimaliste en forme de T.
Sur certains modèles de chaises haut de gamme, un vérin (sorte de gros écrou situé sous l'assise) permet de régler la finesse du basculement d'avant en arrière du dossier.
D'autres encore disposent d'accoudoirs réglables en hauteur (cela permet de faire entrer ces chaises sous le bureau) et d'avant en arrière.

Quel que soit votre choix, vos pieds doivent toujours être posés à plat. Si comme moi, vous êtes de taille moyenne, utilisez un repose-pieds.
En position assise, vos jambes doivent former un angle à 90° avec vos genoux.
Votre écran doit se trouver à 50-70 de vous. N'hésitez pas à régler le facteur d'inclinaison de ce dernier.

Le prix d'une bonne chaise grimpe très vite (tout simplement parce qu'il y a plus de main d'oeuvre que sur un bureau).
C'est donc un investissement lourd pour l'entreprise et il convient de ne pas se tromper dans son choix.
C'est pourquoi un grand nombre de vendeurs, si vous leur demandez, mettront à votre disposition grâcieusement quelques chaises en test pour une période donnée. Ne vous en privez pas !

Pour plus d'infos, je vous invite à lire les deux très bons dossiers de l'INRS sur le travail sur écran et sur la posture assise :

 

Le câblage du bureau

Pour les bureaux fixes équipés de postes informatiques, optez pour des bureaux équipés de trous passe-câbles, si possible sur la gauche et la droite : on ne sait jamais d'avance où le bureau va être positionné, surtout si vous pratiquez des réaménagements réguliers.

Certains bureaux sont équipés de tringles pour le passage des câbles. Cette tringle est située sous le plateau. D'autres proposent de dissimuler les câbles dans les piètements. Utilisez ces passages de câbles si vous avez la chance d'en disposer.Evitez-les si vous avez une population qui réagence son bureau à tout bout de champ : les risques de voir les fils arrachés par des salariés pressés ne sont alors pas neutres... Dans ce cas de figure, préférez utiliser des serre-câbles.

 

Agencement de votre bureau

Asisse à votre bureau, tendez les bras et balayez l'espace devant vous vers la gauche puis vers la droite, comme le ferait un essuie-glace.
C'est dans cette zone facilement accessible que doivent être positionnés, à portée de main, votre téléphone, votre agenda, votre pot à crayons, votre clavier, bref, tout ce que vous utilisez quotidiennement.

Le téléphone

Si vous êtes droitière, positionnez votre téléphone à votre gauche et inversement si vous êtes gauchère. De cette façon, vous ne serez pas gênée par le cordon téléphonique lorsque vous décrocherez.
Vous devez pouvoir atteindre le combiné du téléphone en tendant simplement le bras, sans avoir à avancer le buste.
Le fait de placer le téléphone sur votre gauche vous contraindra à décrocher naturellement de la main gauche. Ceci laissera donc votre main droite disponible pour saisir un crayon et un bloc-notes, ces deux éléments devant être rangés sur la zone droite de votre bureau.

Le cas échéant, placez la lampe de bureau individuelle sur votre droite si vous être droitière : les ombres seront ainsi projetées sur le côté gauche pendant que vous écrirez, ce qui est nettement moins perturbant si vous avez une activité créatrice (dessin, découpe...).

L'écran d'ordinateur

Des écrans plats aux périphériques sans fils, on assiste depuis plusieurs années à une révolution dans le domaine de l'informatique et cela va dans le sens d'un plus grand confort.
Placez votre écran devant vous, vers le fond de votre bureau, à 50-70 cm de vous. N'hésitez pas à régler l'inclinaison de votre écran ou à le réhausser si besoin est.
Pensez également à ajuster la luminosité de ce dernier. Ce simple geste peut vous épargner de pénibles maux de tête.
Windows offre également la possibilité de choisir la taille de vos icones (clic droit de la souris sur le bureau, Propriétés, onglet Apparence, liste déroulante Taille de la police (plus de détails sur le site Microsoft pour l'entrepreneur, rubrique Obtenez un affichage impeccable sous Windows XP).
De la même manière, réglez le lissage des polices écran en vous rendant sur le site de Microsoft (gratuit).

Le clavier

Le saviez-vous ? Les TMS sont devenus la première cause de maladie professionelle dans notre pays et connaissent une augmentation d'environ 20% par an.
Le terme TMS -troubles musculo-squelettiques- recouvre toutes les pathologies liées aux muscules, aux tendons et aux nerfs.
En 2006, 32 500 cas ont été déclarés et 50% de ces cas touchaient en premier lieu des pathologies du poignet.
En cause, nos chers claviers et les souris.

Celles qui, comme moi, ont commencé leur carière à une époque où les ordinateurs personnels n'avaient pas encore été inventés et se sont exercées sur les claviers mécaniques -voire, luxe suprême, sur les touches rondes de ces chères Underwood - vous confirmeront la puissance qui se dégage des muscles du poignet et de nos doigts lorsque ces derniers entrent en contact les touches d'un clavier.
Or ces mouvements impliquent des hyper flexions (appui sur les touches) et hyper extensions répétitives (mouvements accomplis pour atteindre, par exemple, les lettres T ou les chiffres) ainsi que de nombreuses micros-vibrations dûes aux ressorts positionnés sous le clavier.

Opter pour un clavier ergonomique est d'autant plus essentiel pour nous les femmes que 30 à 40% d'entre nous seront sujettes, à l'âge de la ménopause, à l'ostéoporose. Or, cette maladie commence par toucher le poignet et ce dès 55 ans...

Bien plus qu'un "périphérique", le clavier constitue donc un achat stratégique pour notre population.
La plupart des nouvelles générations de claviers sont issus des recherches les plus pointues en matière d'ergonomie. Ces claviers sont conçus pour amoindrir les mouvements du poignet.
Les visuels suivants vous démontrent quelques-unes des tensions auxquels nous soumettons 8 heures par jour les muscles de nos poignets.
Impressionnant, non ?

 

 

 


Les Natural Ergonomic Keybord 4000 et 7000 de Microsoft respectent les dernières avancées en la matière : clavier à inclinaison négative, clavier concave,

 

Pour aller plus loin : http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/fr/AccueilDossiers/AccueilDossiers_dossier-tms_1.php

 

Obligations légales

  • tenue d'un registre d'évaluation des risques professionnels ;
  • tenue d'un registre Contrôles Inspection du Travail, Hygiène et Sécurité
  • au-delà de 20 salariés réunis dans un même espace, prévoir deux issues de secours ;
  • espace minimal recommandé pour un individu : 7 m² ;
  • entretien annuel des installations : électriques, de détection incendie (par un bureau de contrôle habilité, du type Veritas) et des extincteurs ;
  • autres registres spécifiques (liste non exhaustive !) :
    • registre Sécurité des établissements recevant du public ;
    • registre Spécial Prévention des Risques Professionnels Collectivités Territoriales ;
    • registre Carnet de Prévention des Risques Spécial BTP ;
    • registre de sécurité pour établissements d'enseignement ;
    • registre de sécurité pour immeubles de grande hauteur ;
    • etc.

Haut