Les arrêts maladie de complaisance

Certains médecins, même s'ils sont minoritaires, ont tendance à écouter les suppliques de leurs clients et à délivrer, à leur demande, des arrêts maladie de complaisance. Ce n'est pas sans risque pour le salarié...

Certains médecins, même s’ils sont minoritaires, ont tendance à écouter les suppliques de leurs clients et à délivrer, à leur demande, des arrêts maladie de complaisance. Ce n’est pas sans risque pour le salarié…

En cas de doute sur le bien-fondé d’un arrêt maladie, l’employeur peut en effet diligenter un médecin spécialisé au domicile de son salarié. Les frais afférents seront à la charge de l’employeur et il convient de se renseigner, les prix pouvant varier du simple au double.

  • Si le médecin juge l’arrêt de travail non fondé, le salarié est tenu de reprendre son travail. S’il persiste dans son arrêt maladie, les journées d’absences, à compter de la date de passage du médecin, peuvent être défalquées de son bulletin de salaire.
  • Il en va de même en cas d’absence du salarié de son domicile, en dehors des plages horaires fixées par la sécurité sociale ou en cas de refus du salarié de se laisser examiner par le médecin diligenté par son entreprise.

Néanmoins, la prudence s’impose et avant de procéder à une retenue éventuelle de salaire, ou à d’autres sanctions, il est préférable d’informer votre salarié de votre action afin de lui permettre de s’expliquer. L’absence du salarié de son domicile peut en effet peut-être s’expliquer par le passage d’examens de santé préconisés par le médecin. Mieux vaut donc chercher à dialoguer avant de sanctionner.

Les absences répétées peuvent donner lieu à un licenciement pour cause réelle et sérieuse, à condition toutefois de perturber l’organisation et la bonne marche de l’entreprise.

Commentaires