Domaines
RH
Juridique
Compta
Administratif/Moyens Généraux
Communication
Bureautique
Conseils aux débutants
Word
Excel
PowerPoint
Outlook
Access
Publisher
Windows/système
PhotoImpact
Conception web : les bases
Applications pas à pas
Tests logiciels
Macros VBA
Leçons
Macros Word
Macros Excel
Astuces
Orthographe
Rédaction
Organisation
Produits/services malins
Outils
Ouvrages
Modèles
Macros
Liens
Anglais
Grammaire avec AnglaisFacile
Leçon gratuite avec AnglaisFacile
Carrière
Gestion de carrière
Fiches métier
Témoignages / vécu
 
Evénements métier
Echos de presse, comptes-rendus

Echanger

Forums

© Nadège Guilbert
Le contenu de ce site
est régulièrement déposé auprès de la SGDL
Reproduction interdite
sans le consentement
écrit de l'auteur



Imprimer la page

Presse / Evénements métier

24-Jul-2010


 

 

Congrès Ansaf, Grenoble, 22 octobre 2004

Vous avez été nombreuses à n'avoir pu assister au second congrès de l'Ansaf et à souhaiter avoir un feed-back sur l'utilité et le déroulé de ce type de manifestation.
Voici donc un compte rendu qui n'engage que moi.
J'invite toutes filles présentes à ce congrès à bien vouloir exprimer leur propre opinion afin de donner de cet événement un regard plus "juste" que ne peut l'être une seule et unique appréciation.

Les participantes

En tout premier lieu, ce congrès a réuni près de 300 participantes (contre 500 attendues initialement). Il convient, pour être précise, de souligner le nombre non négligeable de représentant(e)s de l'Afpa et du Ministère de l'emploi et de la solidarité, sans compter la présence clairsemée de quelques journalistes.
Je m'interroge donc sur la proportion effective de secrétaires et assistantes présentes à cette manifestation.
La plupart de ces dernières étaient majoritairement issues de grosses entreprises et cette journée professionnelle offerte par l'employeur.

Pour autant, j'ai noté la présence de quelques filles en recherche d'emploi et venues participer, à titre individuel, aux ateliers dédiés à ce thème. Elles bénéficiaient fort heureusement d'un tarif privilégié extrêmement bienvenu dans de telles circonstances : 20 € en lieu et place et 140 € déboursés par les autres participantes.
Cette manifestation n'est indéniablement pas à la portée d'une majorité d'entre nous et l'on se sent forcément privilégiée de participer à ce type de journée.

A ce budget déjà conséquent s'ajoutait le coût du transport, de l'hébergement, voire de la soirée de gala et la journée de visite du lendemain, fort heureusement optionnelles.
Pour ma part, finançant ce projet sur mes deniers personnels, j'ai fait modeste : colloque seul et hébergement chez des amis.
Que celles qui auraient pris part à ces autres temps forts n'hésitent pas à s'exprimer sur le sujet.

Les intervenants
Il faut le reconnaître, les intervenants sélectionnés étaient passionnants... et passionnés.
Chacun maîtrisait pleinement son sujet et l'information, distillée avec beaucoup d'humour (parfois un brin trop marqué à mon goût personnel) est très facilement passée.
Je demeure plus réservée sur l'intérêt des thèmes choisis pour une secrétaire d'une petite PME (ce fut, durant 15 ans mon cas, la société m'employant alors ne comptant que 6 salariés).
Entendons-nous bien : je ne remets aucunement en cause ni la pertinence des discours que nous avons entendus, ni la qualité des orateurs. Simplement, certains thèmes me paraissent très éloignés des besoins terrain exprimés par les assistantes isolées.

Pour que vous puissiez juger par vous-même, voici quelques-uns des thèmes abordés.

La traversée des siècles, par Josette Dubost

Tout d'abord, Josette Dubost a retracé, avec beaucoup de brio l'histoire de la profession.

Pour celles qui ne la connaîtraient pas encore, Josette est une figure de proue de la profession. Consultante, elle intervient en tant que formatrice auprès de la Cegos ou d'Advancia (école de la CCIP). Son domaine de prédilection étant la gestion du temps, il lui fut délégué le rôle de la Gardienne du Temps, mission dont elle s'est fort bien acquittée.
Josette est un personnage comme je les aime : directe, franche, toujours souriante et d'excellents conseils. Nous avons eu l'occasion de la solliciter pour un projet associatif que nous montons et je puis vous assurer de son engagement réel vis-à-vis de la profession.

Secrétaire, assistant(e)... et si on en parlait, par Olivier Liaroutzos

Olivier Liaroutzos est l'auteur de l'unique étude sur notre profession intitulée "De la secrétaire à l'assistante", et disponible à la Documentation Française. C'est un ouvrage de référence dont j'ai déjà parlé sur ce site et dont une (trop) brève synthèse est disponible gratuitement sur internet. L'étude dresse un panorama de la profession : filières, diplômes, disparité des fonctions, problème de reconnaissance... et suggère des propositions de pistes pour l'avenir de la profession. Tout y est évoqué, souvent au travers de témoignages d'assistantes.

Cette journée a été l'occasion d'avancer de nouvelles données sur notre métier :

  • les secrétaires et assistantes perçoivent les salaires les plus bas de toutes les fonctions du pôle administratif ;
  • une présence masculine plus que confidentielle : seulement 1,8 % des effectifs sont des hommes. Cette parcimonie s'expliquerait en partie par la connotation de "domesticité" attachée à notre profession (c'est une fonction de services aux autres) et la nécessité de certaines qualités plutôt féminines, telles qu'arrondir les angles ;
  • des départs en retraite en masse : un tiers des secrétaires partira en retraite dans les 10 ou 15 prochaines années ;
  • une secrétaire sur 8 occupe un poste d'assistante de direction ;
  • des secrétaires isolées : une secrétaire sur 3 travaille dans une structure employant au plus 10 salariés ;
  • 26% des secrétaires occupent un poste à temps partiel. Il est encore plus faible chez les assistantes de direction, ses missions particulières l'obligeant à une présence quotidienne ;
  • un salaire médian oscillant entre 1 200 et 1 600 € nets (50% des secrétaires gagnent plus que les sommes énoncées et 50% perçoivent une rémunération inférieure à ce barème) ;
  • une offre de 7 diplômes métier. Le bac pro jouit d'une bonne notoriété. On note également une demande plus forte d'assistantes spécialisées tandis que les offres de postes d'assistantes de direction stagnent (la tendance n'est plus au travail en binôme mais en équipe) et une légère baisse en ce qui concerne les secrétaires polyvalentes.

Etre managé(e) et se manager, par Emile Delignat

"Manager, c'est gérer au mieux des ressources et des moyens pour atteindre des objectifs". A partir de ce constat, Emile Delignat a rappelé les principes essentiels de management.

Des compétences identifiées, des résultats modifiables, par Isabelle Dubose

Cette intervention fut l'un des temps fort de cette journée. Isabelle Dubose, ingénieur de formation auprès de l'Afpa*, a tout d'abord rappelé les difficultés que l'on éprouve à définir les métiers du secrétariat (que font réellement les secrétaires et assistantes ? quelle est leur valeur ajoutée pour l'entreprise ?), leur diversité, pour évoquer ensuite la loi de modernisation sociale qui pose le droit fondamental à la reconnaissance des compétences. Ces dernières constituent "une combinaison pertinente de savoirs, savoir-faire, comportements".

Vous l'aurez sans doute deviné, la loi de modernisation institue, entre autres choses, la Validation des Acquis de l'Expérience (VAE). A cette occcasion, nous ont été offerts les témoignages de plusieurs directrices des ressources humaines ainsi que celui d'une assistante de direction (de loin le plus intéressant de tous !).
Dans le cas exposé, cette démarche de validation prenait tout son sens : cette jeune femme avait entrepris de se reconvertir assez tardivement dans les métiers du secrétariat et ne disposait d'aucun diplôme en relation avec sa nouvelle profession. Il lui semblait donc primordial de combler cette lacune et la VAE lui apparaissait comme le meilleur compromis. A noter qu'elle fut appuyée dans sa démarche par sa direction des ressources humaines, appui qui fait trop souvent défaut à nombre de candidates à la VAE.

J'ai regretté : que les témoignages d'assistantes n'aient pas été aussi nombreux que les témoignages des DRH. Que cet unique témoignage soit relatif à une VAE du Ministère de l'Education Nationale (la plus sélective) et que la VAE Afpa (bien plus 'humaine' dans son approche) ait été totalement occultée.

Autre thème abordé : la possible création d'une licence professionnelle des métiers du secrétariat.
Pour ma part, je m'interroge sur l'opportunité d'un tel diplôme. Si l'on s'en réfère aux questions posées sur les sites dédiés à notre profession, il me semble plutôt relever une forte demande de reconversion voire de spécialisation poussée dans des fonctions administratives transversales telles que les ressources humaines, la formation, la communication. Je rejoins sur ce point l'opinion exprimée par Inès sur le forum. Il y a 20 ans, on pouvait décrocher son premier emploi avec un BAC. Aujourd'hui, point de salut hors du BTS. Et demain ? La licence ? N'hésitez pas à vous exprimer sur ce point, en bas de cette page.

Les ateliers

Parallèlement à la plénière (conférences ci-dessus) se tenaient des ateliers principalement axés sur la recherche d'emploi.
Pour vous donner une brève idée des thématiques abordées, je vous livre ici quelques titres au hasard : techniques de recherche sur internet, CV et lettre de motivation en anglais, analyse flash de CV, image de soi et relooking, comment se présenter en 3 mn.
Je me souviens d'avoir croisé Alexia que je connaissais. Alexia est actuellement en recherche d'emploi et à l'occasion d'un de ces ateliers, elle a pu prendre conscience du handicap que constituaient sa timidité et sa réserve naturelles. Alexia a également été conseillée dans le choix des postes qu'elle pouvait prétendre occuper. Elle a tiré un grand bénéfice de cette expérience et je suis convaincue que sa prise de conscience alliée à ses compétences indéniables lui permettront de trouver rapidement le job de ses rêves.

J'ai regretté :

  • qu'il faille faire la queue pour s'inscrire, dès l'arrivée, aux différents ateliers alors qu'il nous avait été demandé de choisir 3 ateliers sur le formulaire de pré-inscription. J'ai souvent géré, en agence de communication et pour le compte d'un ministère, l'inscription à ce genre d'événement. Les participants étaient invités à cocher 2 ou 3 ateliers sur leur bulletin d'inscription et le ministère tranchait en fonction du quota des salles. Le choix retenu était ensuite communiqué aux participants, dans leur lettre de confirmation d'inscripition.
  • que ces ateliers se soient déroulés en parallèle de la plénière. Il doit être déstabilisant, pour un intervenant, de voir une partie de son auditoire se lever et sortir de la salle pour assister à ces ateliers. Ces mouvements continuels pertubaient également la concentration de la salle et m'ont particulièrement dérangée.
    Pour ma part, j'étais si attentive au discours d'Olivier Liaroutzos que j'ai tout simplement oublié l'heure de mes deux ateliers.
    D'autre part, l'obscurité de la plénière n'aidait pas à conserver un oeil sur sa montre...

Et s'il n'en restait qu'un

Le point culminant de la manifestation fut, sans aucun doute, le discours de clôture prononcé par Maria-Dolorés Rodas, chargée de mission au ministère de l'emploi et de la solidarité et venue "délivrer un message important". De fait, le ministère appelle de ses voeux à la formation d'une représentativité des métiers du secrétariat.

Beaucoup verront dans cet appel ressurgir le vieux serpent de mer d'une fédération ou d'un syndicat des métiers du secrétariat. On voit effectivement, périodiquement, émerger de tels appels sur nombre de forums de discussion. Puis tout retombe dans le plus profond oubli.
Pourtant, aujourd'hui nombre de bonnes volontés semblent émanger d'un peu partout. Dans ma quête sur les métiers du secrétariat, il m'a été donné de rencontrer nombre d'acteurs (d'actrices, devrai-je dire) de tout premier plan dans la profession (merci Josette !) et je dois avouer que cette idée est de plus en plus présente dans l'air du temps et semble s'appuyer sur des projets concrets et viables.
Le tout est de parvenir à faire converger toutes ses synergies dans la même direction et à faire fi des dissentions existant entre les associations.

Alors actrice ou spectatrice de sa destinée ? A vous de trancher, mais s'il en est parmi vous qui souhaitent aller dans "le sens du vent", qu'elles n'hésitent pas à me contacter : je saurai les mettre en relation.

* l'une des fonctions d'Isabelle consiste à élaborer les référentiels diplômes et à en définir les titres.