L’entretien de départ, une étape à ne pas négliger

  En France, l’entretien de départ est une pratique peu courante alors qu’il est beaucoup plus répandu dans les pays anglo-saxons. Cependant, celui-ci peut se révéler très utile, notamment pour l’employeur. OfficeTeam fait le point. De l’importance d’écouter les salariés… Lorsque l’on demande aux dirigeants s’ils tiennent compte des remarques et des commentaires formulés par les salariés lorsqu’ils quittent l’entreprise, ils répondent* :   Oui, systématiquement ……………………………………… 19% Oui, assez fréquemment ……………………………………. 57% Rarement ………………………………………………………. 11% Non, jamais ……………………………………………………. 06% Ne souhaite pas répondre .?………………………………… 06% Ne sait pas ……………………………………………………… 01%                                                                                100% Or, ils sont très peu nombreux à formaliser ce type d’échanges et à organiser un véritable « entretien de départ ». Ils se contentent généralement de recueillir quelques commentaires lorsque les salariés leur remettent leur démission. Néanmoins, s’il est des échanges qu’il ne faut pas négliger, l’entretien de départ est l’un d’eux. En effet, il permet à l’employeur de : Savoir ce qu’il en est au sein de l’entreprise, comment les salariés perçoivent l’environnement et l’ambiance de travail, dans quelle mesure l’équipe dirigeante répond à leurs préoccupations, quelles sont les failles, etc. Déceler les indicateurs de danger et pouvoir anticiper, Identifier des axes d’amélioration à apporter afin de répondre aux attentes des salariés, Travailler à la fidélisation des collaborateurs en mettant en place les outils et des méthodes répondant à leurs besoins. Selon Olivier Gélis, Directeur Général d’OfficeTeam, « Si l’on tend à être plus attentif aux collaborateurs qui rejoignent l’entreprise, il ne faut pas délaisser les salariés qui sont sur le départ. Ils ont au sein de la structure un vécu important dont on peut tirer de riches enseignements. Certes, il s’agit d’un exercice relativement inconfortable. En effet, le salarié ne sait pas s’il « peut » livrer son opinion ou s’il doit rester consensuel. Quant à l’employeur, il redoute parfois certaines critiques. Néanmoins, si chacun se montre diplomate mais sincère, cet entretien ne peut être que bénéfique». Procéder avec méthode Afin que cet entretien se déroule dans de bonnes conditions, il faut : Trouver le bon moment : selon les pratiques de l’entreprise et la…

Lire la suite…